• 153 m

    La vitre se fracasse. Le nez ensanglanté, les vêtements lacérés, je roule dans un couloir qui m'est totalement inconnu et m'écrase contre un bureau étranger. Ici tout est teinté d'orangé par la lumière du soleil levant. Je cherche mes repères. Des post-it's roses voltigent dans la bourrasque qui s'engouffre par la vitre brisée dans mon dos. Je m'agace. Dans un coin il y a une photocopieuse qui tire des pages vierges. Le va-et-vient sec du mécanisme impose sa cadence à mes poumons. Je serre les dents.

    - Je m'appelle Lucie.
    - Je vais au Canal Baltique.

    Elle me regarde en souriant. Enfin je crois.

    - Les immeubles vont bientôt s'écrouler.
    - Je peux encore passer.
    - Peut-être. Le Canabalt progresse très vite.
    - Mais je vais y arriver !
    - Pourquoi ?
    - Je ne peux plus me laisser faire !!

    Pour toute réponse, elle imprime une nouvelle brassée de pages que je regarde machinalement. Dessus il y a écrit : "Ils seront derrière la porte après l'escalier" En différentes épaisseurs de police. Je reprends ma course, la rage au ventre.

     

    Canal BaltiqueCanal Baltique 

     



    « 293 m369 m »