• l'Hiver de l'Homme : La Tueuse de Glace

    Sixième Fragment :

    - Xylarm. J'aurais dû me douter que Xyla ne pouvait pas produire autant de froid à elle seule.
    Quintus mâcha une nouvelle bouchée de saucisson avant de reprendre :
    - Les moines te causent des soucis ?

    L'autre haussa les épaules
    - Ils s'affolent un peu depuis que j'ai fait exploser la réserve de poudre à l'étage. Je crois qu'ils préparent une réception dans la cour intérieure. Nous sommes tranquilles pour un petit moment.
    - Tant mieux, j'ai la dalle en pente et je n'ai pas l'intention de bouger de là avant d'avoir eu une petite discussion avec toi.
    - Pas le temps pour les discussions Quintus !

    Xylarm émergea des ombres et se révéla à la lumière d'un feu de cuisson. Quintus s'arrêta de manger. Magnifique, comme toujours, mais aussi redoutable. Xylarm avait vraiment un style à couper le souffle et le genre de regard à infuser de la lave dans les veines d'un homme normalement constitué. Evidement, il ne fallait pas être rebuté par les cornes et les griffes.
    Son visage fin et sa silhouette élancée lui rendaient une bonne vingtaine. Difficile à dire car des années de servitude auprès de Zalnash avaient petit à petit transformé sa beauté humaine en quelque chose de plus irréel. Mais pas moins magnétique. Deux cornes effilées jaillissaient de chaque coté de sa mâchoire pour venir se recourber devant ses lèvres bleues. Sa pommette droite était ornée d'un étrange tatouage cobalt. Les courbes entrecroisées pulsaient au rythme des battements de son cœur et luisaient faiblement. Mais le point le plus fascinant restait ses yeux. Changeants, calmes, profonds, parfois brillants. Ils reflétaient l'eau glacée des lacs du nord, la patience, la malice et un brin de sauvagerie indomptée. Mais ils incarnaient aussi les torrents fougueux des montagnes, la violence, la terreur et la mort glacée. Evidement ils étaient bleus….toutes sortes de bleus.

    - Xylarm…
    - Le Chien est en route Quintus, coupa t-elle. Il vient pour toi…et moi.
    Quintus s'assombrit.
    - Sommes nous les derniers ?
    - Je l'ignore. Je pense qu'il ne doit pas rester grand monde. Et de toute façon qu'importe ? Zalnash n'est plus. Le Chien a cloué sa tête sur une poutre et l'a fichée en terre, devant les portes de L'Antégone. Le palais n'est plus qu'une ruine. Notre ère touche à sa fin.
    - Quel genre d'homme est capable de ça…, murmura Quintus plus pour lui même que pour alimenter la conversation.

    Xylarm répondit quand même :
    - Tu le sais bien Quintus. Le Chien est ce foutu élu des prophéties. Nous avons échoué à le tuer quand il était enfant. Lui par contre ne s'est pas loupé.
    - Prophéties mon cul ! Sans sa bande de braillards des tavernes, il ne serait même pas arrivé aux portes de l'Antégone.
    - Les compagnons du Chien étaient également nommés dans la prophétie : l'Archer aux pieds légers, le Détrousseur, le Meneurs de Crânes…
    - Ca va, ça va, pas la peine de me rappeler leurs noms. Je ne les connais que trop bien. C'est ce fumier de Tranche-Tempête qui m'a collé ici. (il jeta rageusement un os de poulet dans la pièce). Je me rappelle encore sa trogne égrillarde quand il me promettait que le Chien viendrait me pendre par les tripes après la bataille finale.

    Xylarm s'avança et posa une main pâle sur l'épaule de Quintus. Ce dernier se crispa sous l'effet du froid qui envahit soudainement son corps. Il jeta un œil sur le coté. Deux griffes avaient poussé sur le dos de la main de la tueuse aux yeux froids. Lorsque son poing était fermé, elles saillaient comme deux lames. Des armes effilées, redoutables en combat rapproché. Son regard remonta le long du bras pour venir contempler les traits trop parfaits de la démone.

    - Tu ne voudrais pas rappeler Xyla ? il fait plutôt frisquet à tes cotés. J'aimerais autant avoir des retrouvailles plus chaleureuses.
    Le visage de la jeune fille cornue pris un air triste.
    - Je suis bloquée Quintus. Depuis la mort de Zalnash, la Glace et le Blizzard ne connaissent plus de limites. Je...je ne peux plus les retenir, acheva t-elle dans un souffle perlé de givre scintillant.

    Quintus fit la moue en réalisant ce que cela signifiait. Xylarm s'accroupit et lui prit le visage entre ses mains glaciales. Yeux dans les yeux, souffle contre souffle, elle lui confirma ce qu'il pensait déjà :
    - Xyla est morte. Je suis condamnée dans le Génif jusqu'à la fin.
    « l'Hiver de l'Homme : Xylarml'Hiver de l'Homme : Descente »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :